Bouquet du Trianon - Coffret Cadeau Parfum

HISTORIAE SCEAU PARFUMS
Parfums d'Histoire réinterprété


Versailles, 15 août 1774

Ce "Coffret Château" avec poignée (20x18x9cm) contenant un savon parfumé Bouquet du Trianon 100 g et une Eau de Parfum Bouquet du Trianon 100ml

Signature Marie-Antoinette

79,00€ TTC

Donnez votre avis

Bouquet du Trianon - Coffret Cadeau Parfum

Bouquet du Trianon - Coffret Cadeau Parfum

HISTORIAE SCEAU PARFUMS
Parfums d'Histoire réinterprété


Versailles, 15 août 1774

Ce "Coffret Château" avec poignée (20x18x9cm) contenant un savon parfumé Bouquet du Trianon 100 g et une Eau de Parfum Bouquet du Trianon 100ml

Signature Marie-Antoinette

La Magie des Bouquets du Trianon
Secret de l'Histoire
N° 821

La Magie des Bouquets du Trianon

par
Annick le Guerer

Anthropologue, philosophe, historienne spécialiste de l'Odorat et du Parfum


Docteur de l'Université.
Diplômée en philosophie et anthropologie de la Sorbonne Paris I et Paris V.
Membre de la Société des Etudes Euro-Asiatiques (Musée de l'Homme, Paris).

https://annickleguerer.com

Commissaire scientifique de plusieurs expositions sur le parfum dont "Les Pouvoirs de l'Odeur", au Compa, à Chartre;"Jardins des Cloîtres, Jardins des Princes, Quand le Parfum portait remède", à Saint Antoine L’abbaye; "L'Art du Parfum", au Ministère de la Culture Paris; "Parfums antiques, Senteurs bibliques",au MIR,  à Genève; "Le Parfum, Miroir de la société", Château de la Roche Jagu;  "La Rose entre Orient et Occident", Saint-Antoine L’Abbaye; "Les Pouvoirs des plantes", Château de la Roche Jagu.

A publié notamment : "Les Pouvoirs de l'Odeur" (François Bourin, 1988, Odile Jacob, 1998,  2002, 2017),  "Le Parfum des Origines à Nos Jours" (Odile Jacob, 2005), "L'Odorat, un Sens en Devenir"  in  "Sentir". "Pour une Anthropologie des Odeurs" (L’Harmattan, 2005). "Histoire en Parfums" (Le Garde Temps, 1999), "Sur les Routes de l'Encens" (Le Garde Temps, 2001). "Les Grands Mythes du Parfum"  in  "Enjeux et Métiers de la Parfumerie" (Assalit, 2008).

"Quand le Parfum Portait Remède" (Le Garde Temps, 2009), "L'Osmothèque, si le Parfum m'était conté" (Le Garde Temps, 2010), "100 000 Ans de Beauté" (en collaboration, Gallimard, 2011).  "Le Jardin du Parfumeur" in "Le Jardin Médiéval entre Orient et Occident" ( Le Garde-Temps,2014) . "Bathing and Personal Hygiene from the 18th to the 19th Century", in "Bains et Bulles Beautés" (Gourcuff Gradenigo, 2014). "L'Odysée des Arômes et des Parfums" (en collaboration Lamartinière, 2016).







Versailles, 15 août 1744
A l’occasion de la fête de la reine Marie-Antoinette, en ce 15 août 1774, Louis XVI fait un merveilleux cadeau à son épouse: « Vous aimez les fleurs, j’ai un bouquet à vous offrir, c’est le Petit Trianon ».

Opposé aux jardins classiques de représentation, très ordonnés, dessinés, taillés où le propriétaire montre son pouvoir, ce jardin apparemment abandonné, sauvage, romantique, l’éblouit et deviendra le refuge où elle pourra donner libre cours à sa sensibilité.

Marie-Antoinette chercha à conserver toujours avec elle la magie et la sensualité des senteurs des bouquets du Trianon.


Le parfum Trianon ou l'Art de sublimer les fleurs


Le parfumeur Jean louis FARGEON  saisit cette opportunité et proposa à la reine de distiller ces fleurs pour en faire des essences qu’elle pourrait toujours garder avec elle
. Il lui composa de nombreux parfums à base de rose, de violette, d'œillet et de la fameuse tubéreuse.


Le parfum TRIANONdans lequel il utilisa cette fleur capiteuse, accompagnée entre autres d’esprit de fleurs d’orange, de lavande, d’huile essentielle de cédrat et de bergamote, du galbanum, de l'iris, de la violette, du  jasmin, du lys, de la vanille, du cèdre et du santal, ambre, musc et une pointe de benjoin est l’un de ses chefs-d’oeuvre.
Marie Antoinette ne voyageait plus sans cette quintessence de Trianon, au point même que pendant le tragique épisode de Varennes, on retrouva ce parfum dans ses effets personnels.
Même dans les moments les plus dramatiques de sa vie, la reine restait attachée à la magie des bouquets du Trianon.



Des fleurs du Petit Trianon à la Parfumerie d'Art


Du Moyen-âge jusqu’au XIXème siècle, les végétaux aromatiques sont cultivés pour faire des préparations thérapeutiques qui vont constituer l’essentiel de la pharmacopée. Le parfum sert à protéger, soigner, réconforter, dynamiser. L’odeur est en effet l’âme du médicament. C’est une telle certitude pour les médecins de l’époque que Fourcroy, membre de la Société royale de médecine et professeur de chimie au jardin du roi, établit peu de temps avant la révolution un classement des médicaments d’après leur odeur.

Avec le perfectionnement des appareils à distiller et l’évolution des goûts, la parfumerie connait  au XVIIIème siècle un nouvel essor. En accord avec la mentalité d’une aristocratie où triomphent les philosophies sensualistes, les fêtes galantes et les tables raffinées, la parfumerie cherche avant tout à privilégier la finesse du parfum au détriment de ses qualités médicinales.

La parfumerie commence à quitter ainsi le monde de la pharmacie pour rentrer dans celui des métiers d’art. De nouvelles senteurs apparaissent et remplacent les lourdes senteurs animales utilisées jusqu’alors. Les parfums deviennent de véritables créations, comme les  « quintessences » et les « esprits », composés à partir d’essences plus subtiles.

Le parfum évolue vers l’accessoire de mode et n’est plus seulement une protection ou un « couvre odeurs ». Les nouveaux parfumeurs cherchent à s’adresser aux bien portants et non plus aux malades. Ils travaillent les parfums comme des artistes.

Et avec ces parfums de création émergea un élan artistique sans précédent autour des flacons, tant dans les matières que dans les formes et les décorations. Un charmant écureuil agrippé à une branche de chêne et grignotant un fruit, ou  un pinson au plumage orange installé sur un tapis de feuilles vinrent ainsi décorer ces nouveaux flacons d’Art ; flacons d’Art et d’Histoire qui abritèrent l’eau favorite de la reine et qu’elle emportait toujours dans ses promenades bucoliques.




Bibliographie

Annick LE GUERER « Le parfum des origines à nos jours » Odile Jacob, 2005
Annick le GUERER « quand le parfum portait remède » Le Garde Temps, 2009

Le BOUQUET DU TRIANON porte dans sa composition l’essence des jardins de Marie Antoinette.


BOUQUET DU TRIANON est une composition élaborée autour d’un accord tubéreuse dans l’esprit des premiers parfums d’Art qui ont vu le jour à la fin du XVIIIème siècle et dont Marie Antoinette a été une grande ambassadrice.


Dans le plus grand respect de l’Art et de la Tradition de cette parfumerie d’Art, BOUQUET du TRIANON nous plonge dans la magie olfactive des jardins de Marie Antoinette dans lesquels la tubéreuse souriait comme une reine à sa reine.


A l’image de la Reine, construit sur des notes florales sensuelles, il murmure le raffinement et la personnalité de la reine avec sa signature boisée.


Ce parfum ne pouvait pas exister sans être dans l’écrin de la couleur préférée de Marie Antoinette : le bleu nattier ou « Bleu Trianon »,  ce bleu dans lequel elle aimait se plonger, la couleur de son boudoir au Petit Trianon et du cabinet de la méridienne au château de Versailles, offert par Louis XVI à la naissance du dauphin.


       Secret d'Art :  l'extraction de la tubéreuse        


La tubéreuse est originaire d’Inde et du Mexique et fut importée en Europe vers 1500. C’est une plante herbacée à bulbe, à hautes tiges florales, portant des grappes de fleurs blanches très parfumées.


Aujourd’hui, elle est cultivée principalement en Inde, et dans une moindre mesure en France et en Egypte. Pour ne pas détériorer leur odeur, les fleurs ramassées à la main ne sont pas distillées à la vapeur. L’absolu des fleurs et donc extrait par solvants volatils. L’absolu de tubéreuse est surtout utilisé dans les parfums de prestige à caractère floral.


     Histoires de Parfumeur, Secrets de Parfumeur   


  
Bouquet du Trianon

Un Parfum d'Art et d'Histoire ®
signé
Bertrand Duchaufour, Nez du parfum

Bertrand Duchaufour - Historiae


"Un bouquet royal et majestueux. Les premières notes esquissent l’allure d’un jardin à l’anglaise, vertes, de galbanum, menthe et feuilles de cassis et égayées par des agrumes pétillants. Les fleurs de Freesia se mêlent à leur danse, portées par un vent léger qui souffle dans les allées. Des fleurs opulentes et sensuelles apparaissent au détour d’un bosquet. La tubéreuse révèle son charme et sa belle élégance, parée des touches solaires et radieuses de l'ylang-ylang. Sa majesté la rose l’accompagne avec grâce et délicatesse, tandis que les notes miellées fondantes de cire d’abeille et de chèvrefeuille viennent les sublimer. En fond, un sillage sophistiqué de bois (vétiver, patchouli, santal et cèdre) s’enveloppe d'un nuage d’ambre et de muscs vaporeux."

Bertrand Duchaufour


                          Pyramide olfactive                           


  

Notes de tête : citron, bergamote, mandarine, galbanum, menthe, freesia, feuille froissée de cassis

Notes de cœur : absolu de tubéreuse, ylang-ylang, absolu de cire d’abeille, rose, chèvrefeuille

Notes de fond : vétiver, patchouli, ambre, musc, santal, cèdre

Historicité : reformulation et réinterprétation par un Parfumeur d'Art de compositions historiques à base de tubéreuse, inspirées par les carnets de composition et les recommandations des Grands Parfumeurs d’Art de l’époque de Marie-Antoinette, dont Jean-Louis Fargeon.
Concentration : Eau de toilette
Contenance : 15 ml, 50 ml et 100 ml
Composition : huiles essentielles issues du commerce équitable.
Fabrication : française.
Parfumeur d'Art : Bertrand Duchaufour
Editeur du Parfum d'Art : HISTORIAE, Manufacture de Parfums d'Art et d'Histoire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Autres produits associés à "Les Objets d'Histoire de Marie-Antoinette"