La Bague d'Amour de Marie-Antoinette à Axel de Fersen

Ce produit n'est plus en stock

Les Tuileries à Paris, 5 Septembre 1791

          Reconstitution Historique     

Sceau Garantie historique Historiae - Objets d'Histoire


Marie-Antoinette et Axel de Fersen se rencontrent lors d'un bal masqué le 30 janvier 1774. Instant magique où, sous les déguisements, naît une histoire d’amour.

En 1791, emprisonnée, la reine envoie à son amant une bague d’amour... 

Signature Marie-Antoinette
Bague d'Amour de Marie-Antoinette

Bague en or avec chaton pivotant en cornaline
Découvrir le Secret d'Histoire associé à ce produit

2 490,00€ TTC

Secret de l'Histoire 
№ 116

            La bague talisman de Marie-Antoinette          

par
Mathieu da Vinha, 
Historien, spécialiste de Versailles
Auteur de plusieurs ouvrages sur Versailles et la Cour de France



Les Tuileries à Paris, le 5 Septembre 1791


1791 marque le début de la fin tragique de Marie-Antoinette et du roi Louis XVI.

Après avoir essayé de fuir secrètement vers l’Est pour retrouver l’armée royaliste de Bouillé à Metz qui devait la remettre solidement sur le trône, la famille royale – qui avait quitté le palais des Tuileries dans la nuit du 20 au 21 juin 1791 – fut arrêtée à Varennes le 21 juin même. Louis XVI fut immédiatement suspendu de ses fonctions et la famille royale, qualifiée de traitre à la nation, fut ramenée à Paris et placée sous haute surveillance aux Tuileries.


Assignée à résidence, et très strictement surveillée, la reine Marie-Antoinette entretenait dès lors une correspondance codée avec plusieurs de ses fidèles. En effet, alors que plusieurs aristocrates, tels le comte d’Artois frère de Louis XVI et futur Charles X, avaient choisi l’exil dès le lendemain du 14 juillet 1789, quelques-uns étaient restés fidèles à leurs souverains et, au péril de leurs vies, avaient tenté le tout pour le tout pour les sauver.


Parmi ces derniers fidèles, le comte hongrois Valentin Esterhazy tint une place privilégiée. Ce « compatriote », comme le qualifiait la reine parce qu’il était sujet de l’Empire des Habsbourg, servait d’une part d’agent avec les puissances étrangères, mais aussi et surtout d’intermédiaire avec le beau comte suédois Axel de Fersen, organisateur de l’évasion manquée mais aussi, on le sait aujourd’hui avec certitude, son l’amant de la reine.

Le 5 septembre 1791, Marie-Antoinette, recluse aux Tuileries, adresse ainsi à Esterhazy une lettre sibylline.



           La Bague d'Amour de Marie-Antoinette           


Voici ce que dit la lettre :

« Je suis charmée de trouver cette occasion pour vous envoyer un petit anneau qui sûrement vous fera plaisir. Il s’en vend prodigieusement ici depuis trois jours, et on a toutes les peines du monde à en trouver. Celui qui est entouré de papier est pour Lui. Faites-Lui tenir pour moi ; il est juste à sa mesure. Je l’ai porté deux jours avant de l’emballer. Mandez-lui que c’est de ma part. Je ne sais où il est. C’est un supplice affreux de ne savoir pas même où habitent les gens qu’on aime. »

Celle lettre suivait une lettre déjà adressée le 11 août 1791 à Esterhazy :
« Si vous Lui écrivez, dites-lui bien que bien des lieues et bien des pays ne peuvent jamais séparer les cœurs : je sens cette vérité tous les jours davantage ».


Qui se cache derrière ce « Lui » mystérieux flanqué d’une majuscule ? Ce « Lui » désignait à l’évidence Axel de Fersen, son amant. Longtemps supputée mais jamais formellement établie, cette liaison est depuis peu clairement prouvée grâce aux résultats des très récentes études menées sur les lettres codées de Marie-Antoinette [1] ; lettres non seulement codées, mais également caviardées au xixe siècle vraisemblablement par Fersen lui-même, ses descendants ou les dépositaires de ses lettres. Pour mieux saisir la signification de cette la lettre très particulière du 5 septembre 1791, il est intéressant de se plonger dans la correspondance d’Esterhazy. Quelques semaines après la lettre de la reine, le 21 octobre 1791, le comte hongrois écrit à son épouse depuis Saint-Pétersbourg, empruntant à son tour des noms de code pour désigner les protagonistes :
« J’ai reçu une lettre d’Avillart   que Bercheny a apportée à Coblence et qu’il a remise au courrier avec un petit anneau d’écaille et d’or sur lequel il y a écrit : Domine salvum fac regem et reginam ; tu en as peut-être vu ? Il me mande que c’est dans la lettre qui t’a été remise, qu’il m’indique le moyen de lui écrire. […] Il m’envoie aussi un anneau pour le chou Mais je ne sais où le prendre. Sa lettre est touchante ; elle me recommande de ne pas croire à la calomnie et de ne jamais douter ni de la noblesse de sa façon de penser, ni de son courage. »

« Avillart » désignait Marie-Antoinette et le « chou » désignait Fersen. Le fait est donc historiquement établi : Marie-Antoinette a bien envoyé deux bagues au comte Esterhazy dont l’une à l’attention de celui dont l’absence la faisait tant souffrir. Contrairement aux apparences, qu’elle adresse à l’un de ses fidèles une bague n’avait rien d’extraordinaire. En effet, beaucoup de royalistes après l’échec de la fuite à Varennes se pressèrent aux Tuileries pour obtenir un « objet-souvenir » de la reine. Marie-Antoinette remit ainsi à plusieurs personnes, les mémoires du temps en font état, des anneaux avec des inscriptions royalistes symboliques telles que Domine salvum fac regem et reginam… (Seigneur, sauvez le roi et la reine), verset d’un psaume biblique mis en motet pour servir notamment lors de la célébration de la messe durant l'Ancien Régime. On chantait ce motet dès le règne de Louis XIII à la chapelle royale et on peut encore voir aujourd’hui cette inscription au plafond, au-dessus de l'orgue, de la chapelle du château de Versailles.

En revanche, ce qui à la bougie de l’Histoire mérite notre attention, c’est que, malgré le danger, au-delà des précautions et du codage du contenu, Marie-Antoinette révèle deux secrets dans sa lettre. D’une part, le destinataire est si cher à son cœur qu’elle a pris soin de porter la bague durant deux jours avant de l’emballer et, d’autre part, qu’elle connaissait avec exactitude la taille de ses doigts. Par conséquent, le destinataire de la bague, un homme en l’espèce (« LUI »), avait déjà été suffisamment intime avec la reine, au-delà de toutes les conventions et de tous les usages, pour avoir déjà dans le passé, selon toute vraisemblance, soit fait essayer à la reine l’une de ses bagues ou pour avoir essayé à son doigt une bague que portait la reine.

Quelles sont ces bagues ? En 1905, lors de la publication des Mémoires d’Esterhazy, l’éditeur scientifique Ernest Daudet évoque un anneau, lequel était encore conservé par Paul Bezerédj, arrière-petit-fils du comte Esterhazy. Il était, selon l’annotateur, « en or tout uni, à double face. D’un côté sont gravées trois fleurs de lys, de l’autre cette inscription : “Lâche qui les abandonne”. »

La devise « Lâche qui les abandonne » était largement répandue en 1791 auprès des royalistes qui l’utilisaient comme une sorte de cri de ralliement en forme d’avertissement. Ainsi, d’après sa notice nécrologique en 1852, le marquis de Villeneuve-Arifat, alors qu’il évoquait ses souvenirs à sa famille, mentionnait que la reine lui avait offert, lors de leur dernière entrevue aux Tuileries, une « bague talisman » avec cette même inscription.


       Disparition dans les labyrinthes de l'Histoire      


Il est en l’état des connaissances impossible de savoir si l’anneau destiné à Axel de Fersen lui est bien parvenu et si celui offert à Esterhazy comporte bien les deux devises réunies sur une seule et même bague : l’une (Domine salvum fac regem et reginam), évoquée par la correspondance Esterhazy, qui pourrait être gravée à l’intérieur de l’anneau et l’autre, comme semble le confirmer la bague héritée par Paul Bezerédj, « Lâche qui les abandonne » figurant sur la monture. C’est le parti que nous adoptons, le comte Esterhazy ayant sans doute refusé de mentionner la seconde devise, jugée trop royaliste et compromettante car connue et connotée. La vérification reste toutefois impossible, la « bague Esterhazy » ayant disparu de la circulation et seule en demeure une vieille photographie…

Peu importe, l’Histoire retiendra de cette bague ce merveilleux talisman d’amour qu’une reine au bord de l’abîme, consciente de son destin tragique et inéluctable à venir, dans le supplice de l’absence de celui qu’elle porte si fort secrètement dans son cœur, a voulu nourrir de tout son être et de toute son âme durant deux jours avant de s’en défaire, comme on lance une dernière bouteille à la mer. Un « Je t’aime » pour l’éternité…

 

L'auteur

Mathieu da Vinha, est docteur en histoire moderne après la soutenance d’une thèse publiée sous le titre Les Valets de chambre de Louis XIV (Perrin, 2004, rééd. « Tempus » 2009). Ingénieur de recherche de l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, désormais du Ministère de la Culture, il est directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles depuis 2010.

Auteur de plusieurs études et articles, il travaille aujourd’hui plus spécifiquement sur les usages de la cour de France (alliances et réseaux familiaux, ascensions sociales, domesticité…) et sur le fonctionnement quotidien du château de Versailles sous l’Ancien Régime. Parmi ses livres, on peut mentionner : Le Versailles de Louis XIV (Perrin, 2009, rééd. « Tempus » 2012) ; Alexandre Bontemps, premier valet de chambre de Louis XIV (Perrin, 2011) ; Au service du roi : Dans les coulisses de Versailles (Tallandier, 2015) ; Versailles : Histoire, dictionnaire et anthologie (dir. avec Raphaël Masson, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2015).

https://chateauversailles-recherche.academia.edu/MathieudaVinha


[1] Voir notamment Evelyn Farr, Marie-Antoinette le comte de Fersen : La correspondance secrète, Paris, Ed. de L’Archipel, 2016 et surtout le programme de recherche REX (Recherches sur l’EXtraction et l’exploitation des tracés sous-jacents dans les manuscrits anciens : application aux lettres de Marie‐Antoinette) soutenu par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Donnez votre avis

La Bague d'Amour de Marie-Antoinette à Axel de Fersen

La Bague d'Amour de Marie-Antoinette à Axel de Fersen

Les Tuileries à Paris, 5 Septembre 1791

          Reconstitution Historique     

Sceau Garantie historique Historiae - Objets d'Histoire


Marie-Antoinette et Axel de Fersen se rencontrent lors d'un bal masqué le 30 janvier 1774. Instant magique où, sous les déguisements, naît une histoire d’amour.

En 1791, emprisonnée, la reine envoie à son amant une bague d’amour... 

Signature Marie-Antoinette
Bague d'Amour de Marie-Antoinette

Bague en or avec chaton pivotant en cornaline

Jusqu'au bout, Fersen tentera de soustraire Marie-Antoinette à son sort funeste. C’est lui qui organisera et escortera "sa" reine lors de la fuite à Varennes, en 1791.


Après l’exécution de Marie-Antoinette le 16 octobre 1793, de retour dans son pays natal, Son amour pour Marie-Antoinette devint obsédant. Il ne se remettra jamais de sa mort.


Durant les 17 années qui suivirent la disparition de Marie-Antoinette, Fersen se plongera dans le monde des souvenirs. Retiré de la vie politique, comme en témoigne son journal, il s’isolera dans la maison familiale au centre de Stockholm et ne vivra plus qu’au rythme des commémorations et des anniversaires, tantôt celui de la mort du roi, tantôt celui de la fuite à Varennes, ou encore de l’anniversaire de la reine.


Il essayera par tous les moyens de récupérer des objets ayant appartenu à Marie-Antoinette. Sa tête ayant été mise à prix, il ne pourra malheureusement plus se rendre à Paris et il aura recours à des émissaires. Mais il ne récupérera que quelques  objets, dont un couvre-lit que l’on peut voir au château de Löfstad.


    La bague "à face cachée" de Marie-Antoinette    


La bague de Marie-Antoinette à Fersen est une bague en or à chaton pivotant. La bague à chaton pivotant existait déjà dans l’Antiquité. Elle connut un regain de faveur au début de la période néoclassique.


L’Histoire a retenu que les bagues à chaton pivotant, permettant de cacher une inscription sentimentale, ont été mises à la mode par Marie-Antoinette après qu’elle les eut offert à Esterhazy et Fersen.


Il existe dans les collections des musées français plusieurs bagues utilisant la technique des chatons pivotant, notamment au musée des Arts décoratifs et au Château de Malmaison.


         Les Propriétés "Magiques" de la Bague           



Marie-Antoinette, qui était très superstitieuse, aura vraisemblablement trouvé dans cette pierre mille raisons de l’adresser à son amant.

La cornaline était utilisée en Egypte antique pour protéger le mort dans son passage dans l’au-delà. Depuis cette époque, on attache à la cornaline des propriétés particulières. Elle restaurerait la vitalité et la motivation, et éloignerait la peur de la mort. Elle calmerait aussi la colère, éloignerait les émotions négatives et redonnerait du courage.


De couleur rouge orangé à rouge sombre, la cornaline peut être facilement confondue avec de l’agate teinté. On fait cependant facilement la différence en regardant la couleur de la pierre. En effet, la cornaline est une pierre de couleur unie alors que  l’agate teintée présente souvent des lignes multicolores.

Autres produits associés à "Marie-Antoinette"

Artisans d'Art

Déjà vus

Meilleures ventes