Orangerie du Roy - Parfum d'Intérieur


  Senteur d'Histoire reformulé


Versailles, 1er Septembre 1686

La fleur d’oranger était la senteur favorite du roi Louis XIV. ORANGERIE DU ROY nous fait redécouvrir la fleur d’oranger, avec un accord frais ponctué de notes aromatiques soutenues par des bois nobles.
A base d’huiles essentielles issues du commerce équitable. Alcool BIO. Spray 100ml.

  

Signature Louis XIV

19,00€ TTC

Donnez votre avis

Orangerie du Roy - Parfum d'Intérieur

Orangerie du Roy - Parfum d'Intérieur


  Senteur d'Histoire reformulé


Versailles, 1er Septembre 1686

La fleur d’oranger était la senteur favorite du roi Louis XIV. ORANGERIE DU ROY nous fait redécouvrir la fleur d’oranger, avec un accord frais ponctué de notes aromatiques soutenues par des bois nobles.
A base d’huiles essentielles issues du commerce équitable. Alcool BIO. Spray 100ml.

  

Signature Louis XIV

Versailles, le Château des Orangers
Secret de l'Histoire
N° 741

Versailles, le Château des Orangers

par
Annick le Guerer

Anthropologue, philosophe, historienne spécialiste de l'Odorat et du Parfum


Docteur de l'Université.
Diplômée en philosophie et anthropologie de la Sorbonne Paris I et Paris V.
Membre de la Société des Etudes Euro-Asiatiques (Musée de l'Homme, Paris).

https://annickleguerer.com

Commissaire scientifique de plusieurs expositions sur le parfum dont "Les Pouvoirs de l'Odeur", au Compa, à Chartre;"Jardins des Cloîtres, Jardins des Princes, Quand le Parfum portait remède", à Saint Antoine L’abbaye; "L'Art du Parfum", au Ministère de la Culture Paris; "Parfums antiques, Senteurs bibliques",au MIR,  à Genève; "Le Parfum, Miroir de la société", Château de la Roche Jagu;  "La Rose entre Orient et Occident", Saint-Antoine L’Abbaye; "Les Pouvoirs des plantes", Château de la Roche Jagu.

A publié notamment : "Les Pouvoirs de l'Odeur" (François Bourin, 1988, Odile Jacob, 1998,  2002, 2017),  "Le Parfum des Origines à Nos Jours" (Odile Jacob, 2005), "L'Odorat, un Sens en Devenir"  in  "Sentir". "Pour une Anthropologie des Odeurs" (L’Harmattan, 2005). "Histoire en Parfums" (Le Garde Temps, 1999), "Sur les Routes de l'Encens" (Le Garde Temps, 2001). "Les Grands Mythes du Parfum"  in  "Enjeux et Métiers de la Parfumerie" (Assalit, 2008).

"Quand le Parfum Portait Remède" (Le Garde Temps, 2009), "L'Osmothèque, si le Parfum m'était conté" (Le Garde Temps, 2010), "100 000 Ans de Beauté" (en collaboration, Gallimard, 2011).  "Le Jardin du Parfumeur" in "Le Jardin Médiéval entre Orient et Occident" ( Le Garde-Temps,2014) . "Bathing and Personal Hygiene from the 18th to the 19th Century", in "Bains et Bulles Beautés" (Gourcuff Gradenigo, 2014). "L'Odysée des Arômes et des Parfums" (en collaboration Lamartinière, 2016).







Versailles, 1er Septembre 1686

Le 1er Septembre 1686 est un jour important pour la diplomatie française : Louis XIV, hostile au commerce des hollandais,  reçoit solennellement les ambassadeurs du roi de Siam, Phra Naraï, et entend pousser toujours plus loin l’influence de la France, jusqu’en Extrême-Orient où la Hollande a des comptoirs.

Le faste exubérant déployé pour la réception officielle des diplomates du royaume de Siam est un nouveau signal de la gloire du Roi-Soleil, mais aussi un signe de reconnaissance de la grande puissance d’Asie qu’est le Siam ; ce royaume situé entre l’Inde et la Chine, qui fascine l’Occident par le raffinement de sa culture.

Bien que souffrant, Louis XIV reçoit les ambassadeurs qui viennent lui délivrer une lettre du roi Phra Naraï. Avec un respect non contraint, ils se prosternent devant le roi, tel un dieu vivant, sans oser le regarder. Louis XIV les autorise à lever les yeux, contrairement à leur coutume. A l'issue de cette audience, le Roi Soleil est comblé et en signe de reconnaissance, il leur fait l’honneur de la visite de ses appartements et de ses  jardins, dont l’orangerie qui vient tout juste d’être achevée.




Vue de l'Orangerie

Fig.1.

L’effet de cette visite privée fut magistral ; l'un des ambassadeurs s’exclama : « après les trois grandeurs de l’Homme, de Dieu et du Paradis, il connaissait désormais celle de Versailles. »



Le Château de Versailles : l’Ecrin des Orangers


Originaire d’Asie, l’oranger fut introduit en Europe au XVème siècle. François 1er avait déjà bâti une orangerie à Fontainebleau, mais Louis XIV voulait offrir un écrin plus majestueux encore aux orangers, auxquels il avait déjà réservé une place de prestige dans la galerie des Glaces du Château : « Huit brancards d’argent portant des girandoles sont entre quatre caisses d’orangers d’argent, portés sur des bases de même métal, et garnissent l’entre-deux des fenêtres[1] ».

Magnifiés dans cet écrin, les orangers devaient l’être également à l’extérieur du château. Aussi, peu de temps après l’installation de la cour à Versailles, il demanda à Jules Hardouin-Mansart, premier architecte du roi, de construire une Orangerie, à l’image de sa gloire et du Château de Versailles, en lieu et place de la petite orangerie construite en 1663, par son prédécesseur, Louis Le Vau.

Après deux années de travaux, en 1686,  l’Orangerie du Roy voit le jour. Prodige d’architecture, l’Orangerie se compose d’un jardin extérieur et d’un bâtiment enfoui sous terre, structuré autour  d’une galerie centrale voûtée, longue de 150 mètres de long et culminant à  13 mètres de hauteur, flanquée de deux ailes de 117 mètres supportant les deux escaliers dits des Cent-Marches. Les murs  d’une épaisseur de 5 mètres protègent les plantes des courants d’air et maintiennent une température intérieure constante, comprise entre 5 et 8 °C en hiver.

Lieu féerique, l’Orangerie du Roy est le théâtre vivant d’une symphonie unique au monde de senteurs enivrantes aux accents des pays du soleil.  Au cœur de l’orchestre trône une végétation luxuriante, aux allures presque tropicales.

La place accordée aux orangers par le Grand Roi n’avaient pas échappé aux ambassadeurs du royaume de Siam.  « C’est ce qui fit dire au premier ambassadeur [de Siam] que la magnificence du Roi était grande d’avoir un si superbe bâtiment pour servir de maison à ses orangers. Il ajouta qu’il y avait bien des rois qui n’en avaient pas de si belles.[2]»



L’Oranger : Le raffinement de la France


Pour peupler l’orangerie, Louis XIV rassembla tous les orangers des maisons royales et fit l’acquisition de nouveaux arbres en Italie, en Espagne et au Portugal. Et il put bientôt s’enorgueillir de posséder la plus grande collection d’Europe.

La passion de Louis XIV pour les orangers donna ses lettres de noblesse à l’arbuste venu de Chine. Et c’est ainsi, qu’à partir du XVIIe siècle, dans le sillage du souverain, l’oranger fut définitivement associé au raffinement français, comme le relate l’ouvrage Les délices de la France paru en 1685 : « il faut transporter les Oranges autour des lits, en garnir les chambres, parsemer les alcôves  de leurs fleurs, les fouler aux pieds, pour les mieux sentir; farcir des coussins de mille odeurs aromatiques , laver les mains avec l'eau de naphte, faire des bains précieux, mettre les fleurs à l'alambic, pour en tirer le plus pur, et enivrer jusqu'aux serviettes, aux habits, aux linceuls, aux chemises, aux bas, aux souliers, et tous les meubles de la maison, de ces précieuses odeurs. […]

0ù est-ce donc qu'on trouvera un Pays aussi délicieux que la France; puisque l'on ne mange, et l'on ne dort, l'on ne vit, et l'on ne marche, que sur les fleurs, et que parmi les odeurs? N'ai-je donc pas raison de dire, que notre incomparable Etat est Paradis de délices, pour ceux qui veulent satisfaire leurs sens, et passer leur vie dans les plaisirs: puisque l'Odorat y trouve si abondamment de quoi se contenter[3]. »

Dès lors, avec la rose et le jasmin, sublimés par l’Orangerie du Roy, l’eau de fleurs d’oranger, appelée également  eau de naphe, entre définitivement dans l’Histoire de la Cour et dans la composition de très nombreuses préparations odoriférantes et cosmétiques.



Louis XIV : parfumeur dans le secret


Mais derrière l’oranger et sa fleur se cache en fait plus que la passion d’un roi pour les parfums et les odeurs. Tout comme un alchimiste à la recherche de la pierre philosophale, Louis XIV après s’être initié auprès de Martial, son parfumeur personnel, aux secrets de l’Art de la parfumerie, s’enferme dans son apothicairerie pour se préparer en secret des compositions aromatiques.

Malheureusement, sa consommation de parfum était telle qu’il y devint allergique.  La simple odeur d’un parfum lui déclenchait d’importantes migraines. Seule une senteur faisait exception : la fleur d’oranger. Le duc de Saint Simon s’en fit l’écho dans ses mémoires « Jamais homme n’aima tant les odeurs et ne les craignit tant après, à force d’en avoir abusé et exceptée l’odeur de la fleur d’oranger, il ne pouvait plus rien supporter ».

Ainsi donc, l’eau de fleur d’oranger devint le parfum attitré de Louis XIV. Après les eaux fortes et les lourdes senteurs animales de musc, d’ambre et de civette qui dominèrent les parfums depuis la Renaissance et qui avaient pour mission de masquer les mauvaises odeurs et de s’en protéger, Louis XIV inaugura, avec la fleur d’oranger, une nouvelle mode olfactive, celle des notes fraîches et élégantes.



La formule de l’eau de fleur d’oranger du Roy


Quelle était donc cette odeur si particulière dont le roi s’était épris au point d’en agrémenter sa boisson de quelques gouttes et d’en asperger ses appartements  à l’aide de seringues en argent massif ?

Si certaines recettes ont pu être exhumées des secrets enfouis de l’Histoire, il existe des incertitudes quant à la formule exacte employée par Louis XIV.  On peut toutefois reconstituer les logiques qui ont permis au bigaradier […], oranger dont les fleurs servent à la distillation de l’eau éponyme, de s’imposer à la cour[4]. Et ce grâce à quelques ouvrages de référence, dont le Parfumeur Royal de Simon BARBE publié en 1699[5] :


Le Parfumeur Royal

Simon Barbe, gantier et parfumeur à Paris,  rue des Gravilliers à la Toison d’Or, fut sans doute le plus fameux parfumeur de son siècle. Il écrivit deux manuels de parfumerie, y développant ses connaissances et y dévoilant avec précision son savoir-faire. Le premier, Le Parfumeur françois, composé à l'intention des non professionnels dans l'idée d'enseigner à tous la manière de composer les parfums, en particulier pour le divertissement de la Noblesse, fut publié en 1693.



Le Parfumeur Français


Il publia en 1699 son second traité, Le Parfumeur Royal, à destination cette fois-ci des gens du métier "qui recueillent des fleurs et nécessaire aux gantiers, perruquiers et marchands de liqueurs".




Notes et références bibliographiques

[1] Mercure galant, décembre 1682, p. 6-13
[2] Mercure galant, novembre 1686
[3] François-Savinien d'ALQUIE, Les délices de la France, avec une description des provinces et des villes du royaume, Paris : G. de Luyne , 1685, p. 137.
[4]  Stanis PEREZ, L’eau de fleur d’oranger à la cour de Louis XIV, Paris, Cour de France.fr, 2011. Article inédit publié en ligne le 1er août 2011 (http://cour-de-france.fr/article2031.html)

[5] Simon BARBE, Le Parfumeur royal, ou l’Art de parfumer avec les fleurs & composer toutes sortes de parfums, tant pour l’odeur que pour le goût, Paris ; Simon Augustin Brunet, 1699



Bibliographie

Annick LE GUERER, Le Parfum, de origines à nos jours, Paris, 2005, Odile Jacob.
Catherine DONZEL, le parfum, Paris, 2000, Chne.
André CHAUVIERE, Parfums et senteurs du Grand Siècle, Paris, 1999, Favre.


Crédits iconographiques
Fig1. Jean-Baptiste Martin (1659–1735), L’orangerie du Château de Versailles, env 1695, Peinture sur huile, Château de Versailles

Secret d'Art :  l'extraction de la fleur d'oranger   


L’essence de fleur d’oranger est une huile essentielle obtenue par extraction par entrainement à la vapeur des fleurs fraîches de l’oranger amer, Citrus bigaradia ou de l’oranger doux, Citrus aurantium.


La plus prisée est celle issue des fleurs de l’oranger bigaradier que l’on appelle: Néroli bigarade. La plus grosse partie de l’huile essentielle de Néroli bigarade vient d’Italie, d’Espagne, de Sicile, d’Afrique du Nord et de la région de Grasse en France.


La récolte et la distillation des fleurs ont lieu de la fin avril à début juin dans la région méditerranéenne.


Le rendement varie en fonction des conditions climatiques et des conditions d’extraction. En moyenne, une tonne de fleurs donne 1 kg d’huile essentielle, ce qui explique le prix élevé du petit flacon d’huile essentielle de Néroli.




Histoires de Parfumeur, Secrets de Parfumeur   


  
Orangerie du Roy

Un Parfum d'Art et d'Histoire ®
signé
Bertrand Duchaufour, Nez du parfum

Bertrand Duchaufour - Historiae



" La douce caresse d’une fleur d’oranger sur la peau, cueillie lorsque le Soleil est au Zénith et inonde de lumière l’Orangerie du Roy.


Les premières notes du Petitgrain suggèrent les branches élancées et les feuilles vertes des orangers du Roy.


Elles se colorent des touches acidulées de l'Orange, mêlées à celles du Citron et de la Bergamote, du Basilic et de la Menthe, présents en clin d’œil aux aqua mirabilis de l’époque.


En cœur, la Fleur d’Oranger déploie ses pétales soyeux. Leurs reflets dorés, enrichis par ceux de l'Ylang-Ylang et du Seringa aux effluves miellés, répondent à ceux du Roy Soleil. Dans un murmure, elle diffuse son parfum précieux, en échos au Chèvrefeuille. La Lavande et le Thym ponctuent tous ces parfums de fleurs blanches.


En fond, le Patchouli, le Vétiver et la Mousse de Chêne prolongent ce moment passé à déambuler entre ces arbres aux fleurs précieuses. Les Muscs enivrants bercent nos pas."

Bertrand Duchaufour




Pyramide olfactive


Notes de tête 
: Citron, Orange Douce, Bergamote, Petitgrain, Basilic, Menthe Crépue 

Notes de cœur : Fleur d’Oranger, Ylang, Chèvrefeuille, Lavande, Thym, Seringa

Notes de fond : Patchouli, Vétiver, Mousse de Chêne, Musc




Notes et références bibliographiques

 [1] Béatrice FINK, Simon Barbe : Le Parfumeur royal. Coll. « Les Traités de cosmétologie de la Bibliothèque interuniversitaire de Pharmacie ». 1992 [compte rendu], Dix-huitième Siècle,  Année 1993,  Volume 25,  Numéro 1,  p. 522.

Historicité : réinterprétation et reformulation de recettes historiques à base de fleur d’oranger, inspirées du célèbre parfumeur Simon Barbe, parfumeur du Dauphin et auteur de l’ouvrage de référence « Le Parfumeur Royal » paru en 1699.
Poids : 269g
Fabrication : française.
Parfumeur d'Art : Bertrand Duchaufour
Editeur du Parfum d'Art : HISTORIAE, Manufacture de Parfums d'Art et d'Histoire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Autres produits associés à "Les Objets d'Histoire de Louis XIV"